Organisation pour le developpement Agricole et la promotion de la securite alimentaire (ODAPSA)

Les paysans haïtiens sont les paysans qui dépendent essentiellement de l’agriculture pour se gagner leur vie. Même une infime minorité d’entrepreneurs haïtiens investissent dans l’agriculteurs, les paysans sont les forces vives de tous les domaines de l’agriculture en Haiti l’horticulture, : l’agroforesterie, l’élevage, la pêche, l’aquaculture, l’apiculture, etc.

Quoiqu’on dise qu’Haiti est pays essentiellement agricole, les agriculteurs utilisent des instruments aratoires désuets et archaïques. Dépourvu d’encadrement des gouvernements successifs d’Haïti, ces agriculteurs ne parviennent pas à produire suffisamment d’aliments d’origine végétale et animale pour se nourrir et approvisionner le marché local. En conséquence, plus de 50 % des produits alimentaires que les Haitiens consomment proviennent de l’importation.

L’agriculture de subsidence qui a pu nourrir tous les haïtiens vers les années 50 et 60 où le pays avaient moins de trois millions d’habitants ne peut plus subvenir aux besoins alimentaires de plus de 10 millions de personnes. Il important de signaler la production alimentaire d’Haiti était plus élevée lorsque le pays avait moins d’habitants. D’une part, il est alarmant de constater cet écart considerable entre l’augmentation de la population et la baisse accélérée de la production agricole nationale. D’autre part, il y a de l’espoir à cause de meilleures techniques agricoles peux couteuses qui peuvent contribuer à l’amélioration et une croissance substantielle de la production végétale et animale en Haiti. De même, dans les 20 années qui viennent de s’écouler, les écoles agricoles du pays ont formé des milliers de techniciens agricole qui ont les connaissances et l’expérience nécessaires pour encadrer les agriculteurs.

Pour augmenter la production agricole d’Haiti, les agriculteurs doivent recevoir la formation continue et l’encadrement requis par les instances concernée de l’Etat haïtien. En d’autres termes, le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles doit enfin remplir la mission pour laquelle elle a été créée : « Fixer les objectifs du Gouvernement en matière de politique agricole, d’élevage et de gestion des ressources naturelles renouvelables. Mettre en œuvre les moyens humains, matériels et financiers nécessaires à l’atteinte de ces objectifs.

Promouvoir les changements positifs dans le milieu rural par le biais de l’augmentation des principales productions, la formation paysanne, le transfert de technologies adaptées, la recherche de créneaux porteurs et de marchés favorables aux producteurs, la promotion de l’entreprenariat agricole, la recherche de valeur ajoutée par la promotion des techniques de transformation des produits, la création d’emplois agricoles et non-agricoles dans le milieu rural ».

Cependant le Ministère de l’Agriculture ne peut remplir sa mission tout seul. La participation des individus, de organisations non gouvernementales, religieuses et communautaires sont indispensable à la réussite de programmes et de projets d’une telle envergure dans le temps et l’espace.

En tant qu’organisation non-gouvernementale, l’ODAPSA s’est engagée dans le combat contre l’insécurité alimentaire en fournissant de la formation sur de nouvelles techniques agricoles aux membres des organisations communautaires et à tous les agriculteurs qui en ont besoin. A l’aide des méthodes pratiques qui ont déjà prouver leur efficacité en Haiti et d’autres pays au climat similaire, les paysans s’adaptent aisément aux nouvelles techniques et sont en mesure de passer les connaissances acquises aux membres de leurs propres communautés et ceux d’ailleurs.

L’ODAPSA croit que la formation continue et l’encadrement formel de ceux qui travaillent la terre est la formule qui existe pour aboutir à une augmentation accélérée et durable de la production agricole en Haiti. Cette génération d’agriculteurs formés et recyclés va devenir les engins de développement agricole et de la sécurité alimentaire pour la présente et les futures générations.