Organisation pour le développement agricole et la promotion de la sécurite alimentaire (ODAPSA

 

L'insécurité est alimentaire est sans aucun doute une préocupation pour le peuple haïtien, des organisations humanitaires nationales et internales. La croissance accelérée de la population haïtienne et la baisse grandissante de la production végétale et animale ont contraint Haiti à importer la plupart de ses produits alimentaires des Etats-Unis d'Amérique et de la République Dominicaine. De plus, la piètre performance du secteur agricole pendant les 30 dernières annéees ont entrainé l'exode massif des masses paysannes vers les grandes villes ete une baisse considerable de la main-d'oeuvre agricole. Ces problème sont liés à l'absence d'une politique d'amélioration et de renforcement du secteur agricole par les gouvernements successif d'Haiti et le mépris de la société haïtienne à l'endroit de l'agriculture. Tous ces facteurs ont contribué à faire d'Haïti le pays avec le taux d'insécurité alimentaire le plus élevé de l'Hémishphère Occidentale.

 

Qu’est-ce que la sécurité alimentaire ?

Les instances internationale faisant la promotion pour la sécurité alimentaire à l'échelle mondiale ont adapté cette définition: "La sécurité alimentaire au niveau individuel, familial, national, régional et mondial [existe] lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active". Les quattres pilliers ou dimensions principales du concept de sécurité alimentaire comprennent (a) lla disponibilité en quantités suffisantes, l'accès aux ressources, la stabilité de l'accès à la nourriture, l'utilisation appropriée de la nourriture.

 

Le problème d'insécurité alimentaire en Haïti est connu de tous. Ce qui nous manques ce sont les actions contrètes pouvant engendrer des solutions durable. Pour resoudre graduellement le problème d'in insécurité alimentaire dans les régions les plus vulnérables du pays, particulièrement le département du Nord-Ouest, tous les secteurs concernées (agriculteurs, gouvernment national, autorités locales, organisations communautaires et non-gouvernement, le secteur d'affaires) doivent faire de l'agriculture - production végétale, élevage, pêche -la priorité des priorités. Car sans la sécurité alimentaire dans le pays, le développement socio-économique ne serait qu'une chimère.

 

L' ODAPSA s'est déjà lancée dans la lutte contre l'insécurité alimentaire à travers un programme intégré qui recouvre le reboisement, la protection soutenue de l'environment, la production maraichère, l'elevage, la pêche, la transformation alimentaire, les mutuelles solidarités, etc. Le programme de reboisement de l'ODAPSA est inscrit dans le cadre de la sécurité alimentaire à moyen et à long terme. Avec 70% d'arbres fruits et 30% d'arbres à croissance rapide, les cultivateurs haïtiens auront suffisamment de fruits pour consonmer et vendre sur le marché local et international. Ces arbres contribueront dans la protection de l'environnement et les paysans n'auront plus besoins de les couper pour faire du charbon de bois.

 

La solution au problème d'insécurité alimentaire en Haiti passe nécessairement par l'augmentation systématique de la production agricole (élevage, pêche), le reboisement accéléré et l'aménagement régulier des bassins versants à l'échelle nationale.

 

 

Leadership et Comité Technique

 

 

Wilson Romélus

Directeur Exécutif /Animateur du programme de dévloppement soutenable/Trésorier

 

Wilson Romélus est un comptable et agent de développement qui accompagne les organisations communautaires dans leur quête d’une solution durable aux problèmes socio-économiques qui les engouffrent au quotidien. Il est co-fondateur de plusieurs organisations qui s'engage dans la recherche de solutions aux problèmes liés à l'insécurité alimentaire dans le pays, particulièrement dans le Nord-Ouest. Il croit que la formation continue est indispensable à tout changement de mentalité.

Bélissaint Petit-Jean,

Directeur Exécutif Adjoint/Coordonateur du programme de reboisement

 

Bélissaint Petit est un pépiniériste et développementiste qui s’est engagé dans les activités de développement durable et la protection de l’environnement dans les milieux ruraux et urbains. Il fait partie de la direction d’organisations socio-économiques et politiques. Il croit que la résolution du problème de l’insécurité alimentaire en Haïti par le reboisement stratégique (arbres fruitiers et arbres à croissance rapide) et la création de richesse avec les moyens internes et externes.

Bénès Fabus

Directeur général/Animateur du programme de Sécurité Alimentaire

 

Bénès Fabus est à la fois un spécialiste en agroécologie et l’agroéconomie. Il a beaucoup d’expérience dans la production végétale, la restauration des sols dégradés, l’économie agricole et la promotion du développement soutenable avec les moyens du bord. Il propose que le reboisement systématique des monts, collines et bassins versants, accompagné de la conservation des sols constitution une priorité dans la lutte contre l’érosion et la baise de la production agricole.

Jocelyne Dervil

Directrice/Animatrice du Programme Alimentaire et de Nutrition

 

Jocelyne Dervil est une infirmière dotée d’une longue expérience dans la santé communautaire dans les milieux ruraux et urbains. Elle est parvenue à la conclusion que la bonne santé dépend en grande partie de l’alimentation équilibrée surtout chez les enfants, les femmes enceintes et les vieillards. Elle travaille sans relâche pour que les quatre piliers de la sécurité alimentaire devienne une réalité dans Nord-Ouest, plus précisément dans la commune de Jean Rabel.

Françoise Charles

Directrice/Animatrice des Mutuelles de Solidarité/Trésorière

 

Françoise Charles est une informaticienne et membre du comité de gestion d’ODAPSA et d’autres organisations locales et régionales. Elle fait la promotion des mutuelles de solidarité parmi les femmes et joue un rôle important dans la propagation du moringa (l’arbre miracle) dans le Nord-Ouest. Elle croit que le développement socio-économique passe par l’intégration des femmes dans tous les domaines et l’équité absolue entre les genres. Elle s'engage dans le combat pour la participation des femmes dans les décisions polititues

Mérinda Faugues

Directrice/Animatrice de formation pour les organisations communautaires

 

Mérinda Faugues est une enseignante et membre active de plusieurs organisations communautaires et régionale. Elle utilise plusieurs plateformes pour faire la sensibilisation sur l’importante de la restauration de l’environnement par le reboisement et la conservation des sols en tout lieu, particulièrement les bassins versants, les montagnes, les collines. Elle croit que la participation dans les activités socio-économiques et politiques sont indispensables à la sauvegarde de l’environnement et à la réussite du programme de sécurité alimentaire.