Organisation pour le developpement Agricole et la promotion de la securite alimentaire (ODAPSA)

La république d'Haïti et ses îles adjacentes devraient avoir une surabondance de fruits de mer si les pêcheurs haïtiens avaient les moyens et l’encadrement techniques des instances gouvernementales tant au niveau national qu’au niveau local. Actuellement, Haïti dispose de  400 villages de pêcheurs sur plus de 1,500 km de côtes de côtes. Cependant, la pêche en Haïti produit uniquement  5,000 tonnes de produits par an; moins de 50% de la demande locale. Alors que Haïti importe plus de 16,000 tonnes de poissons par année. Avec une  consommation. « per capita » de 4,8 kg l’an en Haïti, c’est le taux le plus faible des caraïbes et de l’Amérique Latine.

Certes, les gouvernements haïtiens qui se sont succédés au pouvoir ont pris des mesures intermittentes et sporadiques en vue d’augmenter la  production des poissons et des fruits de mer. Un augmentation systématique dans la  Comme tout monde le sait déjà, ces mesures n’ont  pas abouti aux résultats escomptés.  

Pour éradiquer l’importation de fruits de mer et favoriser leur exportation, l’ODAPSA  propose plusieurs mesures à adopter par les autorités établies.

a. le remplacement du  terme « pêche en Haïti » par «l’industrie de la pêche en Haïti pour encourager l’investissement et la productivité dans ce domaine.

b. la création de mécanismes pour munir les pêcheurs de l’équipement et de l’infrastructure dont ils ont besoin pour améliorer et augmenter la productivité soutenue dans ce domaine.

c. le groupement des pêcheurs en association et la mise sur places les conditions nécessaire pour les encadrer

d. la fournissement de prêt aux pécheurs pour l’acquisition de bateaux et de l’équipement de pêche

e. la provision de l’appui technique et financier aux pêcheurs et aux «commerçants de poissons »  pour le maintien des bateaux de pêches et des chambres froides, la gestion de leurs entreprise de pêches, la sanitation, le transport des produits.

f. l’installation plus de 500  Dispositifs de Concentration de Poissons (D.C.P.) dans les eaux territoriales du pays

h. l’intégration des autorités locales (CASEC, mairie)  dans la gouvernance et la gestion de l’industrie de pêche dans les  espaces géographiques qu’ils contrôlent.